CONFÉRENCE ÉPISCOPALE DU CONGO


Accueil > ACTUALITÉ > SESSION PASTORALE ANNUELLE DES EVEQUES DU CONGO : Les Commissions (...)

SESSION PASTORALE ANNUELLE DES EVEQUES DU CONGO : Les Commissions épiscopales ont présenté les comptes rendus de leurs activités

lundi 15 avril 2024

Les participants

La session pastorale annuelle des évêques du Congo, cuvée 2024 s’est tenue du 9 au 12 avril 2024, au Centre inter-diocésain des œuvres (CIO), à Brazzaville, sous les auspices de Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, archevêque métropolitain de Brazzaville et président de la Conférence épiscopale du Congo (CEC). Une conférence épiscopale renouvelée avec l’entrée en son sein d’une nouvelle figure, Mgr Abel Liluala, archevêque de Pointe-Noire, nommé le 6 janvier 2024 par le Pape François, ordonné et qui a pris possession du siège épiscopal le 24 février dernier.

Encore appelée «  Plénière des Commissions épiscopales  », cette session s’achèvera samedi 13 avril 2024 au cours d’une messe à la Grotte mariale du CIO. Sous l’autorité de Mgr le président de la CEC, la cérémonie d’ouverture s’est déroulée dans la salle des Conférences du CIO, en présence de Mgr Javier Herrera Corona, nonce apostolique au Congo et au Gabon, des évêques et archevêques membres de la CEC, des membres du secrétariat général de la CEC, des vicaires généraux des diocèses, des recteurs des Grands séminaires nationaux, des aumôniers nationaux, des membres des bureaux nationaux des mouvements d’apostolat, des membres des commissions épiscopales, etc.

Après la prière d’ouverture par le vice-président de la CEC, a suivi la lecture de la parole de Dieu faite par sœur Agnès Clarisse Nkourissa, membre de la congrégation des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé et secrétaire générale de la Commission épiscopale de l’éducation catholique (CEEDUC), extraite de Act.4, 32-37.

En sa qualité de modérateur, M. Raoul Sika de la C.E.EDU.C a justifié le fait de rendre compte et en a donné la portée et l’intérêt, au cours de la cérémonie d’ouverture ayant connu la présence de NN.SS. Urbain Ngassongo, évêque de Gamboma, vice-président de la CEC, Abel Liluala, archevêque métropolitain de Pointe-Noire, Gélase Armel Kema, archevêque d’Owando, administrateur apostolique de Ouesso, Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, Daniel Franck Nzika, évêque d’Impfondo, Ildevert Mathurin Mouanga, évêque de Kinkala, Toussaint Ngoma Foumanet, évêque de Dolisie, Louis Portella Mbuyu, évêque émérite de Kinkala, Victor Abagna Mossa, archevêque émérite d’Owando, Jean Claude Makaya Loemba, évêque émérite de Pointe-Noire, du père Roberto Luchini, premier secrétaire de la Nonciature apostolique au Congo, des abbés Antonio Mabiala, secrétaire général de l’Association des Conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC), Vivien Carol Etouolo, secrétaire général de la CEC, Jean Batiste Ngoyi Ngoma, secrétaire général adjoint et gestionnaire de la CEC, Valentin Moyongo, directeur national des Œuvres pontificales missionnaires (OPM), et de plusieurs prêtres et fidèles laïcs venus de diverses structures d’Église.

Pour la spécificité de cette session, il faut souligner que selon les dispositions de l’article 19 des statuts de la Conférence épiscopale du Congo qui stipulent : les évêques disposent des Commissions épiscopales. Chacune d’elle est spécialisée dans un secteur d’activité pastorale pour aider les évêques dans leur mission, et non pas pour se substituer à eux. Les Commissions épiscopales sont donc des instances permanentes des évêques, qui ont pour mission en tant que structures ad’hoc de la Conférence épiscopale, de soutenir le travail des différentes structures de notre Église locale, par leur apport en expertise, en réflexion et en formation dans divers champs. Ainsi, la session pastorale fait partie des trois rendez-vous ordinaires annuelles de la Conférence épiscopale du Congo avec l’assemblée plénière et la retraite spirituelle.

La première allocution de la cérémonie d’ouverture été celle de l’abbé secrétaire général de la CEC qui a d’abord souhaité la bienvenue à tous les archevêques, évêques du Congo, aux différents participants à cette session. Puis, il a présenté le contexte socio-pastoral dans lequel se tient cette session annuelle qui intervient après deux grands événements d’Église : l’installation du nouvel archevêque d’Owando, le dimanche 4 février 2024, suivie de l’ordination épiscopale avec installation du nouvel archevêque de Pointe-Noire. Aussi, il a présenté la structure organique de la CEC qui dispose de seize commissions épiscopales ayant un champ de compétences précis accomplissant avec efficacité et dynamisme les missions qui sont les leurs qui rendent présente l’Église catholique dans divers secteurs pastoraux.

« Nous sommes appelés à l’humilité pour veiller à ce que le grain tombé en terre puisse germer pour le bien de tous et de toute l’Église » a déclaré en substance le secrétaire général de la CEC. Il a aussi souligné que la plénière des Commissions épiscopales représente un moment charnière de notre Église famille de Dieu qui est au Congo Brazzaville, pour forger une juste culture de la relation pastorale et prendre toute la mesure de sa mission dans l’Église et de son rôle dans la vie de la nation congolaise, au service du développement spirituel, moral, social, culturel et matériel du peuple congolais. « Le Pape François dans son document programmatique : Evangelii Gaudium, nous rappelle dans le sillage du Pape Paul VI : « l’évangélisation ne serait pas complète si elle ne tenait pas compte des rapports concrets et permanents qui existent entre l’Evangile et la vie personnelle, sociale de l’homme », a-t-il déclaré, avant de poursuivre : « la Conférence épiscopale a en son sein seize Commissions épiscopales pour assurer l’efficacité de son objectif pastoral essentiel, qui est celui de promouvoir le bien être que l’Église offre aux hommes de tous les temps. Cette plénière des Commissions épiscopales qui tient ses assises avec la participation de tous les ordinaires, membres de droit de la CEC, avec les membres des Commissions épiscopales, les aumôniers, les membres des mouvements d’apostolat, nous offre un cadre idéal pour admirer la précieuse collaboration et engagement ecclésial de ceux qui œuvrent dans ces différentes Commissions. Encore, qu’il faut se poser la question de savoir si l’écho de la plénière des Commissions épiscopales est ressenti dans nos différentes provinces ecclésiastiques et dans nos Églises diocésaines »,a renchéri le S.G.

Le deuxième orateur a été M. Joseph Mouanga, vice-président du Conseil national de l’apostolat des laïcs du Congo (CNALC) qui a souhaité la bienvenue aux deux nouveaux archevêques d’Owando et de Pointe-Noire et a annoncé que l’actuel bureau du CNALC en fin de mandat depuis fin janvier 2024, organisera l’assemblée générale élective du prochain bureau après cette session pastorale annuelle des évêques du Congo. Il a souligné que cette session pastorale annuelle s’ouvre moins de dix jours après la célébration de la fête de Pâques de notre Seigneur Jésus-Christ.

La dernière allocution a été celle de l’archevêque président de la CEC qui a salué la présence à ces assises du nonce apostolique, de ses confrères dans l’épiscopat dont Mgr Jean Claude Makaya Loemba, évêque émérite de Pointe-Noire. Il a demandé aux différentes commissions de se mettre à l’œuvre afin de réaliser un travail digne qui profitera à toute l’Église et à chacun de nous. De même, il a annoncé la naissance d’une nouvelle commission épiscopale : la commission juridique qui aidera les évêques dans la conception, la rédaction des contrats de bails ainsi que leurs résiliations en cas de litige et dans la gestion du patrimoine foncier. Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou a indiqué que les évêques sont à l’écoute des Commissions épiscopales, chacune d’elle exposant sur son champ d’action dans la marche synodale. « Travaillez d’avantage pour mettre en œuvre vos capacités », a-t-il affirmé avant de souhaiter un bon accueil au sein de la CEC aux deux nouveaux archevêques (Armel Gélase Kema et Abel Liluala).

« Tout est bien qui finit bien », dans les annonces publiées par le secrétaire général de la CEC, celui-ci a fait savoir aux participants la suite du programme de la session, le lendemain, marquée notamment par la lecture du règlement à suivre, la lecture des recommandations de la session pastorale précédente, les interventions du CNALC, de la CEEDUC, de la CEMIR, de la CARITAS, de Justice et Paix, de La Semaine Africaine, des Commissions liturgique et doctrinal, etc.

Les travaux ont permis aux Commissions épiscopales de dévoiler l’armature de leur fonctionnement. Ainsi, les séminaires, les aumôneries et autres structures d’Église ont fait des communications assorties de rapports d’activités. Des communications enrichissantes sur les activités menées au cours de l’année écoulée avec beaucoup de difficultés dues au manque de financement. A la question de savoir, comment réaliser une activité lorsqu’on sait que les moyens financiers font défaut ? Et pourtant, les Commissions épiscopales sont des structures d’Église qui aident les évêques dans leur marche pastorale (Cf. statut de la CEC).

Gislain Wilfrid BOUMBA
et Pascal BIOZI KIMINOU

 

 


 
Haut de page