CONFÉRENCE ÉPISCOPALE DU CONGO


Accueil > ACTUALITÉ > DIOCÈSE DE KINKALA : Le plan diocésain de développement présenté à la (...)

DIOCÈSE DE KINKALA : Le plan diocésain de développement présenté à la communauté chrétienne

samedi 30 septembre 2023

L’Évêque de Kinkala prononçant son allocution

C’est la première fois depuis l’érection de ce diocèse le 3 octobre 1987 suite au démembrement de l’archidiocèse de Brazzaville, qu’une telle initiative est mise sur pied, le plan diocésain de développement (PDD). Plus d’une centaine de personnes : cadres, prêtres, religieux, religieuses, fidèles laïcs du Christ issus des différents mouvements d’apostolat du diocèse de Kinkala et du département du Pool ont pris part le samedi 23 septembre 2023 en la cathédrale Sainte Monique, à la cérémonie de présentation de ce plan. La cérémonie était présidée par Mgr Ildevert Mathurin Mouanga, évêque du lieu, en présence de Michel Mampouya Bouboutou, président du Conseil départemental du Pool et de diverses autres personnalités et du représentant, de Mme le Maire de la communauté urbaine de Kinkala.

Présentant le plan, Roger Matoko, membre du Cercle de réflexion Pool Vumbuka c’est-à-dire «  Pool réveille-toi  », une Ong créée par les originaires de ce département pour l’éveil des consciences des jeunes, a rappelé que c’est en mars 2021 que le diocèse de Kinkala a entrepris le processus d’élaboration de ce plan qui se résume en deux volets : le contexte international et national et le contexte diocésain. « En effet, le contexte international et national est marqué par des conflits armés et des crises économiques sans précédents dans certains pays. Par contre, le contexte diocésain est marqué par un faible taux de participation des chrétiens aux activités du diocèse, la faible contribution aux quêtes, le manque d’infrastructures, de transparence dans les activités génératrices de revenus (AGR) dans les paroisses. Ce plan est consigné dans un document de 87 pages qui couvre la période allant de 2023 à 2027. Le plan est une synthèse des données qui découlent de la collecte d’informations réalisée dans les différentes paroisses pendant le diagnostic flash participatif qui a identifié les forces, les menaces et les faiblesses ainsi que les opportunités. Ces données ont été enrichies par d’autres, telles que la cartographie du diocèse et du département réalisé par le bureau diocésain de développement (BDD) et validé par le Conseil pastoral pour les Affaires économiques », a-t-il indiqué.

Dans son allocution, l’Évêque de Kinkala a indiqué que ce plan de développement 2023-2027 constitue le cadre programmatique, définissant les orientations stratégiques du diocèse de Kinkala en matière d’évangélisation, de modernisation des services, d’éducation, de santé et de développement des activités économiques. Ce plan constitue une référence absolue, et sa stricte observance s’impose à tous les organes et institutions qui élaborent des plans opérationnels durant les cinq ans à venir. Les stratégies décrites dans ce plan découlent de la collecte d’informations pendant le diagnostic flash participatif réalisé dans les différentes paroisses du diocèse.

Ce plan stratégique répond à deux préoccupations majeures : la première est le besoin de se fixer les mêmes orientations qui convergent en faveur d’un lien étroit entre la pastorale et le développement des activités socio-économiques. La seconde préoccupation est la nécessité de mettre à la disposition des partenaires du diocèse un instrument de référence pour conjuguer les mêmes efforts en faveur du développement humain intégral des populations de toutes les localités du diocèse. Ce plan, élaboré dans le cadre du renforcement des capacités du diocèse, a été validé avec l’accord du Conseil pour les Affaires économiques, en présence des autorités administratives locales, des partenaires, des Ong et des autres confessions religieuses.

Au premier plan le président du conseil départemental et le représentant de Mme le Maire de Kinkala

« Le diocèse de Kinkala a subi les affres de la guerre qui ont conduit à des destructions massives du tissu social : infrastructures, écoles, dispensaires, pauvreté, chômage », a rappelé Mgr Ildevert Mathurin Mouanga.

La vision du diocèse est contenue dans Romain 5,5 (Dans l’espérance qui ne trompe pas, car l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné) et Aggée 7,1 (Avec courage reconstruisons notre vie). Trois principaux axes stratégiques pour booster le développement du diocèse afin de rendre la Parole de Dieu plus efficace. Il s’agit de la promotion d’une évangélisation efficace faisant face aux grands défis pastoraux ; de développer les infrastructures pastorales et sociales ; de favoriser les activités économiques et la protection de l’environnement.

Ce plan se fixe comme priorité : Enseigner la Parole de Dieu à toutes les catégories des fidèles ; développer les mécanismes favorisant une bonne gestion des paroisses et du diocèse par l’utilisation des outils modernes ; combler le déficit en structures sociales par la construction des nouvelles et la réhabilitation des anciennes ; diversifier les sources de revenus du diocèse pour la pastorale. La pauvreté y est endémique car l’infrastructure est réduite à sa plus simple expression : routes en mauvais état, chemin de fer régulièrement en panne. La population du diocèse est essentiellement rurale et elle connaît un vieillissement dû au déplacement des jeunes vers la ville.

Les participants

Les guerres récurrentes qu’ont connues le pays, particulièrement le département du Pool de 1993 à 2016 ont complètement bouleversé les données socio-économiques (patrimoine mobilier et immobilier). L’accord de cesser le feu et de cessation des hostilités signé entre les belligérants en décembre 2017 a permis le retour effectif de la paix dans le département.

À travers ce plan, le diocèse veut l’amélioration de l’enseignement de la Parole de Dieu par le renforcement de la catéchèse, la formation des catéchistes, l’animation des mouvements d’apostolat, la formation des prêtres, la formation des laïcs, le renforcement des Œuvres pontificales missionnaires (OPM), la souscription des ouvriers apostoliques à l’assurance maladie ; la mise en place des outils modernes pour une évangélisation efficace qui passe par l’installation d’une radio diocésaine, la mise en place d’un bulletin d’information, la création d’un réseau de communication et d’un site web, la construction des nouvelles infrastructures pastorales, la réhabilitation et la construction des nouvelles églises et presbytères, la construction des structures d’appui à la pastorale : auberge, maison d’accueil, mini imprimerie, boutique de vente d’articles de piété, centre marial, centre d’animation missionnaire, sanctuaire à Maléla-Bombé, construction des structures sociales : écoles, dispensaires, dépôt pharmaceutique, forage d’eau, électrification des paroisses avec les panneaux solaires, équipement et acquisition des paroisses en moyens roulant.

Les activités génératrices de revenus, il y a les projets d’élevage des ovins, des caprins, des poules, la pisciculture, les porcs, l’agriculture, les cultures vivrières, maraîchères, d’arboriculture, la culture de riz, l’installation des moulins à foufou, la domestication de l’afromum stipilatum (ntundu) et dulipia multiflorra (bulukutu), l’acquisition des intrants et équipements agricoles, la réhabilitation des ranchs, la préservation des écosystèmes, la formation sur la fabrication du charbon écologique. Pour atteindre cet objectif, le diocèse devra mobiliser la somme de 15.673.500.000F.CFA (quinze milliards six cent soixante-treize million cinq cents mille).

Pascal BIOZI KIMINOU

 

 


 
Haut de page